Yabusame (et kusajishi) au parc Sumida

Le troisième samedi d’avril, il est possible d’assister à deux techniques de tir à l’arc traditionnel japonais : le kusajishi et le yabusame. Bien qu’existant auparavant, ces deux techniques ont été utilisées à partir du XIIe siècle comme un entrainement pour les samourais-archers afin de maintenir leurs capacités et leur vivacité d’esprit.
Pour assister à ces représentations, il faut se rendre au parc Sumida (rive ouest), à 500 mètres des très touristiques quartier et sanctuaire d’Asakusa. Ce 15 avril 2017, le kusajishi avait lieu à 11h45 et le yabusame à 13h. Le kusajishi est gratuit (des sièges sont installés). Par contre, nous vous conseillons vivement de prendre un siège réservé pour le yabusame : 3,000¥ la place. Nous avons réussi à apercevoir la représentation gratuitement mais, si c’était à refaire, nous payerons !
Les informations peuvent être trouvées sur le site du quartier de Taito en passant en version anglaise et en cherchant yabusame (les informations pour cette année, c’était ici).

Le kusajishi

Le kusajishi est l’entrainement le plus méconnu (au point de trouver très peu d’informations sur internet…). Il s’agit d’une compétition entre deux équipes de cinq archers qui doivent viser une cible en forme de daim.

Chaque archer tire deux flèches et chacune permet de rapporter un point si la cible est touchée dans les règles de l’art (deux points pour le chef de l’équipe). Pour marqueur un point, il faut réussir à viser l’une des 24 cibles du daim (dont la tâche centrale, le sadame, est la plus prestigieuse) mais il semblerait que la distance entre la flèche et le daim suite au rebond de la flèche puisse disqualifier le point si la flèche est retombée trop loin… Bref, nous n’avons pas tout compris !

Le déroulement est néanmoins très compréhensible : après un rituel d’arrivée et d’installation, les quatre premiers archers d’une équipe s’installent, tirent une flèche l’un après l’autre par roulement. Une fois qu’ils ont tiré leurs flèches, le décompte des points est symbolisé par des bâtonnets plantés dans un petit talus. Ensuite, les quatre premiers archers de l’équipe adverse prennent place et tirent à leur tour. Enfin, les deux chefs d’équipe combattent l’un à côté de l’autre.

Les costumes de samourais traditionnels sont vraiment beaux, la taille des arcs est incroyablement grande et le rituel de la compétition, très codifié, est très impressionnant.

Le yabusame

Le yabusame consiste en du tir à l’arc à cheval : il s’agit de viser trois cibles à la suite tout en étant sur un cheval lancé à plein galop ! C’est une technique très spectaculaire : il faut réussir à rester en selle sans se tenir, à prendre une flèche, à l’armer sur l’arc, à viser et à toucher une cible… trois fois de suite !!

Tout comme le kusajishi, le yabusame suit un protocole très précis. Avant que la représentation ne commence, une cérémonie d’une trentaine de minutes a lieu. Donc, si vous êtes venus en avance car vous n’avez pas voulu payer votre place… il faudra patienter encore ! Mais ce sera l’occasion de voir défiler dans un sens et dans l’autre toutes les personnes qui participent au yabusame : des prêtres, les archers et leurs chevaux ainsi que leurs équipes qui sont tous en habits traditionnels.
Notons par ailleurs que le yabusame peut être pratiqué à la fois comme un art martial lors de compétition ou comme un rituel spirituel permettant de prier pour la paix, la bonne santé et de bonnes récoltes. L’une des différences est que les cibles seront beaucoup plus petites lors des compétitions.

Etant donné la rapidité avec laquelle le cheval est lancé, je vous conseille de vous placer (si vous avez le choix) au niveau de la deuxième cible. Cela vous permettra de voir si elle est atteinte et de voir comment l’archer s’y prend pour se préparer à la cible suivante ! Pour notre part, nous étions situés au niveau de la troisième cible. Autant vous dire qu’avec le retard accumulé par la préparation des cibles précédentes, tous les archers ne la touchaient pas !! Mais c’est arrivé quelques fois et, lorsque c’était en plein centre, toute un nuage de pétales se répandait dans l’air. Magnifique !

Et pour se rendre compte de la vitesse, une courte vidéo :

Laissez un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :