Nouveau départ pour une nouvelle vie

Ça y est, tout est concret, nous partons le 5 novembre vivre à Tokyo ! Nouveau départ pour une nouvelle vie ! 

Clément y a été muté et tout s’est précipité ces derniers temps. Depuis juin, nos démarches auprès de sa boite ont commencé. Nous voulions partir au plus vite car ma deuxième année de master commence début novembre et je voulais être installée pour pouvoir travailler tranquillement et éviter à avoir à tout gérer en parallèle (pour ceux qui ne savent pas : je me suis inscrite en master FLE l’année dernière pour pouvoir enseigner plus facilement à l’étranger). Mais, après quelques lenteurs, ce n’est que fin aout qu’on nous a demandé des papiers pour constituer notre dossier de demande de visa.
C’est l’entreprise de Clément qui s’est chargée de toutes les démarches et, pour cela, elle est passée par des juristes japonais.

Certificate of eligibility

Au Japon, pour demander un visa longue durée, il faut tout d’abord constituer un dossier pour le certificat d’éligibilité (CoE pour les intimes : certificate of eligibility). Ce n’est qu’avec un CoE que l’on peut prétendre au visa. S’il est refusé, il n’est pas possible de l’avoir. Par contre, si l’on obtient le CoE, on peut aller à l’ambassade ou au consulat faire la demande de visa ; mais cela ne veut pas dire que l’on aura obligatoirement le visa, ça veut seulement dire que c’est possible.

Pour le certificat l’éligibilité, nous avons dû fournir plusieurs papiers et informations :

– pour Clément : une photo d’identité (demandée 4cmx3cm mais le format français convient), un CV mis-à-jour, ses diplômes, ses relevés de notes universitaires, le nombre de fois qu’il est déjà allé au Japon et les dates d’entrée et de sortie de sa dernière visite, s’il a de la famille au Japon ainsi que le nombre de dépendants qu’il aura (c’est-à-dire moi). Sa boite devait en parallèle dire la durée prévue du visa (3 mois, 1 an, 3 ans, 5 ans) et le salaire qu’elle lui versera.
– pour moi : une photo d’identité, une copie du certificat de mariage, si j’ai de la famille au Japon, le nombre de fois où je suis allée au Japon et les dates d’entrée et de sortie de ma dernière visite.

Le tout devait être traduit mais sans besoin de traduction certifiée. Et, par le plus grand des bonheurs, c’est une traduction en anglais qui est demandée (on aurait été mal barrés en japonais !!). Clément a donc utilisé ses propres talents de traducteurs pour le faire (et il s’est bien amusé à traduire les petites lignes des diplômes…) !
Nous avons envoyé ces papiers à l’entreprise de Clément qui les a transmis aux juristes japonais qui les ont transmis aux services de l’immigration japonaise…

Sur le site de l’immigration japonaiseles délais annoncés pour le CoE sont de 1 à 3 mois. Comme nous avions fourni nos documents vers le 20 aout, nous nous sommes tournés fin septembre (et pleins d’espoir) vers l’entreprise de Clément pour savoir si elle avait eu un retour. Le temps que le téléphone arabe s’opère à nouveau, nous avons appris que notre dossier n’avait été soumis à l’immigration que le 6 octobre et que les juristes estimaient que nous aurions une réponse mi-octobre. Nous étions donc bon pour attendre encore. Mais le jeudi 6 octobre en fin d’aprem, une bonne nouvelle est arrivée : l’entreprise de Clément a reçu en version numérique nos CoE !!

L’étape suivante est donc la prise de rendez-vous au consulat pour la demande de visa. Cependant, il faut attendre d’avoir les CoE en version papier pour pouvoir prendre rendez-vous et on nous a indiqué 10 jours de délai pour les recevoir. Finalement, c’est le mardi suivant que nous les avons eus. Le jour-même, nous avons appelé le consulat (à Marseille, quelle chance pour nous qui sommes à côté !) et nous avons pu prendre un rendez-vous pour le vendredi matin !

Certificate of Eligibility

Les visas

Quelques papiers sont demandés pour le jour du rendez-vous au consulat : nos CoE, une photo d’identité chacun, nos passeports et un document de demande de visa à remplir en anglais (et disponible sur le site du consulat).

Lors de la prise de rendez-vous, le monsieur avait tout bien expliqué à Clément et lui avait précisé que, si nous hésitions pour des champs du document de demande de visa, nous pouvions laisser vide et nous verrions ensemble. C’est ce que nous avons fait (par exemple : que mettre comme adresse d’employeur pour moi qui suis professeur des écoles en disponibilité ?).

Le jour du rendez-vous, nous arrivons devant un bâtiment qui ne paie pas de mine et que le consulat se partage avec un cabinet dentaire et la macif ! Les deux seuls indices permettant de savoir qu’il s’agit d’un consulat : le garde qui est à la porte et les quelques places de parking réservées au consulat !

Après s’être présenté au garde puis à un interphone, nous pouvons entrer. Nous passons un petit portique détecteur de métaux et nous devons signer un registre et laisser à l’entrée nos téléphones portables. Le temps que j’aille faire pipi, Clément était déjà au guichet ! Pourtant nous avions 30 minutes d’avance !!
Le monsieur (Japonais mais qui nous a parlé dans un excellent français) a pris nos documents, les a photocopiés, nous a dit que c’était pas grave pour les champs laissés vides et nous a dit de revenir lundi en huit avec 44€ pour récupérer nos passeports.

Lundi 24, nous y retournons donc. Le même monsieur du guichet va chercher nos passeports et nous demandent de vérifier les informations. On devine qu’il est Japonais à la rigueur qu’il emploie pour nous donner les documents : bien à plat, un par un, avec un geste bien contrôlé. De même, au moment de signer pour attester que nous avons eu nos visas, il me montre très rigoureusement dans quel cadre je dois signer (ce que je fais en faisant très attention de ne pas dépasser pour ne pas heurter sa sensibilité !) et il remontre exactement de la même manière à Clément (au cas où il est oublié après les trente secondes qui s’étaient écoulées !).

Bref, au final, nous nous sommes déplacés deux fois pour obtenir nos visas et chaque rendez-vous a dû prendre cinq minutes maximum. On est loin des rendez-vous avec tickets d’attente de l’ambassade des Etats-Unis à Paris ! Et, même si les Japonais font preuve de beaucoup de rigueur, ils sont loin d’être aussi procéduriers que les américains : rappelez-vous de tous les formulaires que nous avions dû remplir !

Visa japonais

03 comments on “Nouveau départ pour une nouvelle vie

  • Martine et Robert , Direct link to comment

    Encore quelques jours pour vous voir avant le départ. Un vrai plaisir pour nous. Puis un vrai bonheur pour vous d’avoir un nouveau mode de vie pendant quelques années. Profitez en au maximum.

  • Roxane , Direct link to comment

    Alors ça y est, je suis en vacances, je n’ai pas prévu de voyage, je suis chez moi, j’ai du temps libre… Sans contrainte, je vais pouvoir rattraper tout ce que je n’ai pas pu faire depuis le début de l’année car j’étais toujours dans la précipitation et l’action, alors une des 1ères choses que je fais : lire votre blog.
    Attendez-vous à plusieurs commentaires durant les jours à venir^^

    Ce premier article, je le connais déjà vous me l’aviez raconté de vive voix déjà 😉

    Bises à tous les deux

Laissez un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :