Louisiane #2 – Vacherie, Nouvelle Ibérie et Lake Fausse Pointe

Après la Nouvelle Orléans, nous sommes partis en direction de Vacherie. Vacherie est une ville située le long du Mississippi. Dans la partie sud de la Louisiane, tout le Mississippi était bordé de plantations de canne à sucre (les plantations de coton étant plus au nord de la Louisiane). Vacherie est donc une ville de plantations. On peut en visiter deux connues : la Oak Valley Plantation et la Laura Plantation. La Oak Valley est surement la plus connue car elle est très grande et a conservé sa magnifique allée de chênes en direction du Mississippi. Quand les Européens sont arrivés en Louisiane, il a fallu s’habituer à la chaleur et trouver des solutions pour se rafraichir. Une solution dans les maisons des plantations étaient d’orienter la porte principale vers le fleuve et de planter tout le long du chemin d’accès vers le Mississippi de grands arbres permettant de capter le vent frais de l’eau. Apparemment, cela fonctionnait plutôt bien. Les propriétaires avaient aussi d’autres techniques pour se rafraichir : les esclaves qui actionnaient des éventails…

Nous avons choisi de visiter la plantation Laura puisqu’il s’agit d’une plantation créole et que l’on peut la visiter en français ! C’était vraiment agréable. On y a appris que les plantations créoles étaient reconnaissables des anglaises par leurs bâtisses colorées (les anglaises étant blanches). La plantation Laura tient son nom d’une de ses propriétaires qui a écrit ses mémoires et permis de comprendre l’histoire de la plantation. De même, nous y avons appris une chose étonnante. Dans la culture créole, le système d’esclavage était un système de classe : ainsi ce n’était pas parce que l’on était noir que l’on était esclave, cela dépendait de qui l’on était né. Mais ce n’était pas le cas pour les Anglais qui, eux, privilégiait la race à la classe. Donc, en Louisiane, de par ses influences créoles, il était, sinon commun, possible de rencontrer des noirs non-esclaves (je ne sais pas si on peut vraiment dire “libres” puisqu’ils n’ont jamais été esclaves).
Cette visite était vraiment très intéressante et nous la recommandons !

Puis nous avons pris la route pour la Nouvelle-Ibérie où nous avons deux nuits. En chemin, nous nous sommes arrêtés à Laurel Valley pour y voir un village fantôme d’un ancien complexe de plantation de canne à sucre (environ 60 maisons de travailleurs, le plus grand complexe des Etats-Unis). Il ne reste désormais plus que quelques vieilles bâtisses en bois et il est toujours étonnant de se dire qu’un village puisse être déserté comme cela suite à la cessation d’activité d’une plantation.

Enfin arrivés à la Nouvelle-Ibérie, nous avons pris le lendemain la direction d’Avery Island. Il ne s’agit pas vraiment d’une île mais plutôt d’un espace de terre entouré par des cours d’eau sur lequel se trouve… l’unique usine Tabasco au monde ! Une petite visite s’imposait donc ! Coup de chance ce jour-là la production était pour la France !!
Toujours sur Avery Island, nous avons aussi visité les Jungle Gardens, un jardin botanique/réserve d’oiseaux aménagé par le créateur du Tabasco. L’endroit se visite en voiture (à 5 km/h) et est magique. C’est très beau et on peut y voir… des alligators ! On est d’ailleurs tombés amoureux de Victor qu’on aurait bien voulu rapporter dans la voiture (mais il parait qu’il ne passe pas l’aéroport…).

Après une nouvelle nuit à la Nouvelle-Ibérie, nous sommes allés au parc du lac Fausse Pointe pour dormir dans une sorte de chalet sur pilotis ! Le parc est vraiment bien aménagé, les chalets très confortables et on a bien envie d’y retourner. Nous avons pu y faire du canot sur des eaux remplis d’alligators (et sous une chaleur écrasante !). Les alligators étaient d’ailleurs présents à tout moment de la journée sous ou à côté de notre logement. Astor, Igor et Hector : nous ne vous oublierons jamais !

Laissez un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :