Philadelphie – J1

Pour notre long weekend du 4 juillet (Fourth of July ou Independence Day ou fête nationale américaine), nous avons décidé de profiter de Philadelphie ! Ou Philly pour les intimes (et presque tous les gens du coin).
D’abord, petite remarque “vie américaine” : le 4th of July est tombé un samedi cette année. En tant que français, on se dit “Zut, j’aurais pas de jour férié cette année” mais que nenni ! Pour les jours fériés fédéraux (i.e. qui sont commémorés dans tous les états des Etats-Unis) qui tombent un samedi, on offre le vendredi ! Idem si le jour férié tombe un dimanche, on vous offre le lundi. Je suis sûre que ça vous ferait rêver d’avoir la même chose en mai quand tous les jours fériés tombent pendant les weekends !!!

Bref, revenons à nos moutons. Nous sommes allés visiter Philly !
Il faut savoir que Philadelphie est la ville emblématique de l’indépendance des Etats-Unis. Et pour cause, c’est là qu’a été signée l’indépendance en 1776 ! C’était donc parfait de la visiter le weekend de l’Independence Day !
Nous sommes donc partis en bus vendredi matin pour arriver sur Philadelphie le midi (et repartis le dimanche en fin d’après-midi). Selon nous, deux jours et demi sont largement suffisants pour faire l’essentiel de Philadelphie. C’est possible d’y rester plus et d’y faire davantage de musées (comme le musée Please Touch qui a vraiment l’air fun et que nous n’avons pas fait).

En arrivant, nous sommes allés manger au Reading Terminal Market, une sorte de hall avec tout plein de restaurant type fastfood. Nous y avons gouté un sandwich préparé par des Amish ! Vous savez ces gens ont pour credo “Tu ne te conformeras point à ce monde qui t’entoure” et qui n’utilisent pas de voiture. La Pennsylvanie (l’état de Philadelphie) est l’un des trois états des Etats-Unis regroupant le plus d’Amish. Et le sandwich était bon !

Ensuite, nous avons profité des festivités autour de l’Independence Hall avec des stands de nourriture et des distributions gratuites d’échantillons de glace, smoothies, de WaterVitamin etc. On a même eu de magnifiques casquettes spéciales “4th of July” !!

Puis nous avons commencé les vraies visites ! Nous avons d’abord fait une longue file d’attente pour aller voir la cloche de la liberté (la Liberty Bell). Les Américains en font tout un plat et c’est l’un des symboles de la révolution américaine et l’indépendance mais elle est toute petite et est fendue ! Elle a été fendue dès la première fois où elle a sonné à Philly et n’a jamais pu être réparée. En plus, on ne comprend pas bien pourquoi c’est un symbole de l’indépendance car, même si tout le monde croit qu’elle a sonné pour la signature, ce n’est pas le cas. Bref… on a vu la Liberty Bell !
Nous avons enchainé avec la visite “rapide” de l’Independance Hall. Il s’agit du bâtiment de l’assemblée de la Pennsylvanie coloniale (du temps des Britanniques) où a été signée l’indépendance. Depuis, elle a été renommée ! Comme nous étions le weekend du 4 juillet, le guide devait faire une visite éclair en 10 minutes et parlait super vite. C’était difficile de tout suivre. J’ai retenu que Thomas Jefferson (future président des Etats-Unis qui a acheté à Napoléon la Louisiane) a fait partie des rédacteurs de l’indépendance… autant dire… pas grand chose !

Après ces visites on-ne-peut-plus à propos, nous nous sommes attaqués à la partie artistique de Philadelphie. L’une de ses caractéristiques est de faire la part belle au street art avec ses quelques 3 000 fresques (“murals“). Depuis 1986, le Mural Arts Program promeut des artistes pour embellir les murs des bâtiments de Philly afin d’en diminuer les graffitis. Ils organisent aussi des formations et stages pour les jeunes des rues. Apparemment cela a plutôt bien fonctionné et aucune des œuvres peintes n’a été vandalisées ! Pour ceux que ça intéresse, il y a un article assez intéressant du Monde à ce propos.
Il y a plusieurs options pour voir les fresques du coin. Se balader à pied dans les rues en est une assez simple et efficace, il suffit de lever un peu les yeux et on en croise de partout ! On peut aussi faire des visites en bus guidée. Nous, on a choisi de suivre un plan que l’on peut trouver à l’office du tourisme.
Personnellement, j’ai moins aimé les fresques de Philly que celles du quartier Mission de San Francisco. Mais il y a en tellement partout dans la ville que c’en est impressionnant ! On conseille donc !

03 comments on “Philadelphie – J1

    • Marine , Direct link to comment

      Il y a beaucoup d’Amish qui viennent vendre de leurs produits à la ville. Là, ils utilisaient de l’électricité. On ne leur a pas fait l’offense de leur demander mais on a cherché sur internet et il y a plusieurs courants dont certains qui autorisent l’utilisation de l’électricité et parfois des voitures.
      Marine

Laissez un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :