Canada #2 – Parc de la Mauricie, Tadoussac et L’Anse-St-Jean

La suite de nos aventures québécoises continue dans le parc de la Mauricie. Nous avons passé deux nuits à deux pas du parc à St-Jean-des-Piles dans l’auberge Aux Berges St-Maurice. On ne peut que conseiller car c’est bien situé, c’est confortable et l’hôte est gentil et de très bons conseils.

Nous avons choisi de remplir notre seule journée entière dans les environs par la randonnée des chutes Waber. La randonnée commence directement sur l’eau par une bonne heure de canot sur le lac Wapizagonke. Les paysages de forêt se reflètent magnifiquement sur le lac, malgré les deux trois gouttes de pluie à l’aller. La randonnée est fréquentée mais pas trop. Nous nous retrouvons quand même à plusieurs canots à essayer de trouver le bon chemin dans un passage à eaux très peu profondes qui s’assèche un peu l’été et nécessite le portage du canot… On est bien contents d’avoir pu le faire en pagayant ! Puis la randonnée en forêt jusqu’au chutes Waber est très agréable. Le sentier est aménagé et l’on croise des anciens barrages de castors, des champignons, des écureuils et des crottes d’orignaux (on aurait préféré les orignaux eux-mêmes mais on fait avec ce qu’on a !). Les chutes sont belles et il y a débit d’eau impressionnant !

Le soir, sous les conseils de notre hôte, nous sommes allés observer un barrage de castors pour espérer en voir. Après avoir passé une bonne demi-heure un ancien barrage sans aucun castor, nous avons finalement trouvé le bon et vu des castors ! Nous avons été estomaqués de voir la grosseur des arbres que ces petites bêtes peuvent abattre !
Puis, toujours sur les conseils de notre hôte, nous sommes allés en voiture à la tombée de la nuit sur les routes du parc pour rencontrer des orignaux. Résultat : un porc-épic, une bête non-identifiée de style putois en plus gros, deux jeunes orignaux de l’année dernière avec leur maman puis deux jeunes orignaux avec de petits bois vus séparément. On peut dire que nous aurons été gâtés ! Malheureusement, nos talents de photographes de nuit étant très limités, nous nous retrouvons seulement avec des photos floues mais de très beaux souvenirs plein la tête !
D’ailleurs, le saviez-vous ? Les orignaux sont en fait des élans. Ils se distinguent des caribous (qui ne sont rien d’autre que des rennes) par la forme de leur bois. Les orignaux sont les bois larges et plats tandis que les caribous ont des bois fins (comparables en forme à des branches d’arbre).

Le lendemain, nous nous sommes baladés dans St-Jean-des-Piles et Shawinigan avant de prendre la route en longeant le fleuve St-Laurent vers notre logement à St-Siméon. St-Siméon n’a pas vraiment d’intérêt touristique mais a l’emplacement idéal entre Tadoussac et L’Anse-St-Jean, deux de nos destinations !

Après une nuit à St-Siméon donc, nous voilà en route pour Tadoussac. Tadoussac est au bord du fleuve du St-Laurent et se situe sur la rive nord du fjord du Saguenay. Arrivant du sud, le seul moyen de la rejoindre est de prendre un traversier gratuit qui fait la liaison entre les rives sud et nord.
Le brouillard nous accueille à Tadoussac, on n’y voit pas grand chose mais nous décidons quand même de faire une croisière pour aller voir les baleines. C’est l’attrait touristique du coin ! Nous avions prévu de la faire en zodiac mais le brouillard (qui amène le froid) nous fait changer d’avis et prendre un gros bateau de touriste pour avoir un peu de place au chaud. On ne regrette presque pas notre décision vu le froid qu’il a fait ! Pendant le gros de la croisière, nous aurons vu du brouillard et du brouillard. Nous avons quand même pu observer aussi la frontière écumeuse entre l’eau salée et l’eau douce du St-Laurent. Qui eut cru qu’on aurait pu voir une différence ! Et, d’un coup, le brouillard s’est levé : la partie de “chasse” à la baleine a donc commencé !
Et nous avons la chance d’en voir plusieurs ! C’est un peu moins impressionnant qu’à Hawaï car les baleines ne sautent pas et ne font pas des splashs avec leurs nageoires. Il faut dire qu’elles sont dans le St-Laurent pour se nourrir et non pour se faire la cour comme à Hawaï. Mais on aperçoit leur dos rond et leur ailerons et ça ne peut que vous faire dire “aaaaahhhhh” !
Comme le brouillard est parti, nous décidons ensuite de faire deux mini-randonnées à Tadoussac pour voir les environs et c’est beau !

Après une nouvelle nuit à St-Siméon, nous voilà déjà repartis direction L’Anse-St-Jean. L’Anse-St-Jean est un petit village situé sur la rive sud du fjord du Saguenay. C’est aussi une petite station de ski l’hiver !
Nous avons choisi d’y faire du kayak de mer sur le fjord… le temps était incertain mais, par chance, il a fait beau juste le temps de notre excursion ! Nous voilà donc de nouveau pagayeurs ! L’expérience n’a rien à voir avec le canot sur le lac. L’eau du fjord était assez agitée par moment et c’était beaucoup plus sportif ! J’ai adoré ! Notre guide était super et l’équipe est vraiment professionnelle et réglo (nous avons fait 2h30 au lieu de 3h et avons été remboursés d’une partie !). En plus, nous avons eu la chance de voir un phoque ! Sans parler du paysage du fjord…

L’après-midi, la pluie menaçante a enfin fait des siennes. Mais cela ne nous a pas fait peur ! Armés de nos parapluies prêtés gentiment par notre hôte, nous nous sommes promenés le long d’un cours d’eau dans L’Anse-St-Jean. Et nous sommes revenus avec des morilles plein les mains !

Le lendemain matin, le temps est toujours pluvieux. Mais nous ne sommes pas venus au Canada pour rester enfermés ! Nous reprenons donc nos parapluies et nous dirigeons vers le parc national du fjord du Saguenay pour y faire la randonnée de la statue. La pluie nous accompagne sur la route mais, chanceux comme nous sommes, elle s’arrête dès qu’on sort de la voiture !
La randonnée est très sympathique et offre de très belle vue. Nous avons même pu constater que le fjord (et, plus précisément, un de ses petits affluents) subissent encore les effets de la marée. C’est incroyable en étant aussi loin de l’océan ! Puis, une fois arrivés à la statue de la Sainte Vierge, nous avons une magnifique vue sur le fjord. C’est splendide !
Comme le ciel s’est éclairci, une fois la randonnée terminée, nous allons à un autre point de vue sur le fjord que l’on nous a conseillé. Et sur le chemin du retour, mon père s’amuse à jouer à cache-cache avec un orignal !

Laissez un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :